Mérule et autres champignons lignivores

Qu’est-ce qu’un Champignon lignivore ?

Tout comme les moisissures, l’apparition de champignons lignivores est un symptôme résultant d’un désordre hydrique (humidité excessive). Néanmoins, ces derniers sont les seuls à posséder les enzymes nécessaires pour dégrader un (ou des) composé(s) essentiel(s) de la paroi cellulaire du bois (lignine, cellulose, hémicellulose) et ils sont souvent classés selon le type de pourriture qu’ils engendrent (cubique, fibreuse, molle). De façon générale, leur présence ne pose aucun problème de santé chez l’humain mais cause d’importants dommages structuraux aux bâtiments.

Quelles sont leurs conditions de croissance?

L’humidité, la température et les matières organiques sont toujours requise! Toutefois, c’est l’humidité dans les matériaux, quantifiée en pourcentage de teneur en eau et non pas celle de l’air ambiant qui est importante pour les champignons. Les champignons qui provoquent la pourriture de type cubique (appelée aussi pourriture sèche) requiert généralement une teneur en eau supérieur à 25%. Les champignons qui provoquent la pourriture de type fibreuse, requiert quant à eux, une teneur en eau supérieur à 40% et finalement, le développement des champignons (ascomycètes) qui provoquent la pourriture molle, est possible que si le bois est saturé en eau (>50%).

Qu’est-ce que le Mérule?

Le plus connu des champignons lignivores est sans équivoque le Mérule (Serpula) qui compte 5 espèces recensées dont la plus connue, la Mérule Pleureuse (Serpula lacrymans). Cette espèce de champignons est la plus dévastatrice. Elle provoque la pourriture cubique des éléments de bois et est responsable d’importantes dégradations structurelles dans les bâtiments. En présence de conditions favorables (teneur en eau de 20 à 25% et température ambiante entre 20 °C et 26 °C), la Mérule Pleureuse (Serpula lacrymans) est généralement constituée d’un mycélium blanc, cotonneux souvent en forme de coussinet. Sa fructification très caractéristique est souvent en forme de plaque molle alvéolée et charnue de couleur orangé (rouille).
La Mérule Pleureuse se développe rapidement (approximativement 3 à 5 cm par semaine) et elle possède la caractéristique unique de pouvoir transporter l’humidité jusqu’à des endroits secs afin de les attaquer. Parmi les filaments très fins qui parcourt les matériaux attaqués, les cordons mycéliens (syrrotes) sont responsables du transport de l’eau qui assure à la croissance et peuvent parcourir de longues distances en s’introduisant même dans les joints de maçonnerie et dans les plâtres.
Malheureusement, l’ampleur de la colonisation (souvent cachée) des bois de structures du bâtiment nécessite parfois d’importantes destructions. La présence de la Mérule Pleureuse requiert toujours l’intervention d’un professionnel afin de déterminer l’étendue de la colonisation et d’élaborer un protocole de décontamination spécifique. Communiquer avec nous pour en savoir plus